Retour à la liste des textes

La formation ouverte et à distance,

concepts et éléments clés

Septembre 1999

 

 

1 -La Formation ouverte et à distance

1.1 les concepts clés

1.2 - Concepts de la FAD et stratégie d'apprentissage

1.2.1 - Eléments de construction des dispositifs

1.2.2 - Inventaire des outils de la FAD

1.3 - Les dispositifs techniques et la place des TIC

1.4 - Contraintes

2 - Bilan et perspective de la FAD : de la FAD à la FOAD



Retour à la page d'accueil

1 - La Formation ouverte et à distance

1.1 les concepts clés

Le développement très large des dispositifs de FAD au cours des vingt dernières années permet d'analyser différentes situations et d'en dégager des éléments clés. Les contextes de développement de ces dispositifs sont très importants pour déterminer, au-delà des effets de nouveauté recherchés dans de nombreux cas, les véritables enjeux qui sous tendent cette évolution.
L'origine des initiatives de développement de la FAD dans les différents pays observés est assez diverse. En premier lieu les pouvoirs publics ont mis en place des organismes de formation à distance intégrés dans leur dispositif global d'enseignement et/ou de formation. En deuxième lieu, les organisations professionnelles (publiques et privées) ont déployé des solutions en réponse à des situations spécifiques. En troisième lieu, des associations de personnes privées ont donné naissance à des dispositifs répondant à des situations particulières, temporaires ou non. Enfin des promoteurs de technologies nouvelles, en lien avec des centres de recherche ont proposé des expérimentations afin d'étudier les potentialités des nouveaux outils conçus.
L'ensemble de ces initiatives qui se déclinent et s'articulent de façon plus ou moins complexe suivant les différents lieux observés révèlent des cadres de fonctionnement et des intentions très diverses. On notera que ce sont principalement les initiatives étatiques qui ont permis des développements importants des centres de formation à distance. Souvent conçus en lien étroit avec la politique éducative du pays, ces centres ont été mis en place en correspondance fonctionnelle avec les systèmes traditionnels en place. Télé université du Québec, Open University en Angleterre, CNED en France, sont quelques exemples de ces structures importantes qui ont permis outre le développement de la FAD, mais surtout une véritable recherche sur les modèles à mettre en place. L'initiative d'autres organismes, principalement privés, est à l'origine de nombreuses innovations, en particulier dans l'adaptation des dispositifs aux besoins de demandeurs potentiels. Ce sont principalement les entreprises qui, soucieuses de réaliser efficacement certaines évolutions, se sont tournées vers la FAD. Au-delà d'une volonté politique évidente dans le cas des états, il s'agit donc d'une volonté économique qui vient appuyer ce développement. Des initiatives privées, issues du monde associatif ont émergé pour faire face, principalement, aux carences des états. La base de ces initiatives est souvent marginale, mais d'une redoutable efficacité du fait du volontarisme de ses initiateurs. Que ce soit pour développer l'école à la maison, pour résoudre des problèmes humanitaires ou pour promouvoir avec prosélytisme certaines idées, ces actions ponctuelles ont permis de réaliser des avancées significatives dans la compréhension des modèles de formation à distance et dans leur articulation avec l'ensemble des dispositifs d'éducation et de formation d'un pays.


Nous avons identifié, à partir de nos analyses, huit axes déterminant la mise en place de systèmes de FAD. Cette identification se base sur les propos des acteurs de ces dispositifs, soit au travers des supports qu'ils proposent soit à partir d'observations directes auprès des initiateurs de ces dispositifs. Chacun de ces axes n'est jamais isolé d'un ou plusieurs autres dans les argumentaires proposés, mais il est remarquable de par sa spécificité et sa valeur d'analyseur. Nous les détaillons ci-après.

1.2 - Concepts de la FAD et stratégie d'apprentissage

1.2.1 - Eléments de construction des dispositifs

Les dispositifs actuels de FAD s'orientent actuellement vers un assouplissement des modèles et une imbrication de plus en plus grande entre l'enseignement traditionnel et de nouvelles modalités de formation.
Les acteurs et observateurs de ces dispositifs ont dégagé un certain nombre de constante qui peuvent s'appliquer à tout dispositif de formation ouverte et à distance.

1.2.2 - Inventaire des outils de la FAD

- Les supports d'autoformation :

Ce sont l'ensemble des supports qui permettent au " se formant " de travailler un apprentissage hors la présence d'un formateur.


- Le suivi à distance :
Dès qu'il y a mise à distance, se pose le problème du lien entre les participants et l'équipe responsable du dispositif. C'est pourquoi se sont mis en place de nombreux moyens :


- Les outils de l'évaluation (initiale, en continu ou terminale)
L'évaluation de la formation et du processus formatif dans ce contexte pose de nombreuses questions. Des outils sont disponibles mais ils nécessitent un important travail d'élaboration.

1.3 - Les dispositifs techniques et la place des TIC

La formation et l'enseignement subissent actuellement la pression d'évolutions technologiques importantes. C'est en particulier la présence des ordinateurs multimédia en réseau qui symbolise particulièrement les évolutions actuelles de la formation à distance.
La multiplication des outils disponibles complexifie et technicise les dispositifs. Cette évolution risque parfois de se faire au détriment des buts des dispositifs mis en place.
Par ailleurs, les outils pris isolément ne sauraient être évalués dans leur efficacité en dehors du dispositif auxquels ils s'intègrent. C'est donc du coté de l'ingénierie des dispositifs d'enseignement et de formation complexes que l'on devra se tourner.
Technicisation et complexification sont donc les deux éléments clés de l'évolution actuelle de la formation à distance. La médiatisation actuelle des nouveaux dispositifs, financés fréquemment par des aides conjoncturelles, met en avant les prouesses technologiques avant l'efficacité de la formation. Cette dérive technologique se fait sous l'impulsion des concepteurs de ces technologies qui cherchent à en retirer des avantages substantiels, non pas en terme de formation, mais en terme de diffusion des systèmes conçus. Dans de nombreux cas, les évaluations sont très partielles et trop sommaires pour être valables. La lecture des nombreux documents de colloques sur ce thème le démontre très nettement : beaucoup de communications portent sur les dispositifs, très peu sur les effets réels.
La situation actuelle montre une montée en force d'Internet pour la formation. Il faut cependant noter que cette montée en force se fait avant tout parce que ce support est très peu coûteux en terme de conception et de diffusion. Par contre Internet reste très peu accessible dans de véritables conditions de formation à distance. Pour pallier à cela de nombreux opérateurs de formation à distance ont-ils été contraints d'imposer l'achat de leurs solutions techniques en même temps que l'achat de la formation elle-même, ce qui en a largement réduit la diffusion. Si dans une population équipée à 40% d'ordinateurs reliés à Internet on peut envisager des solutions industrielles de formation à distance, dans les cas de moindre implantation, il faut pallier par des centres d'accueils équipés en ressources matérielles et humaines.
Au-delà du faible nombre de sites équipés pour de tels dispositifs, il ne faudrait pas oublier les problèmes techniques très lourds et très nombreux que rencontrent les acteurs aussi bien formateurs qu'apprenant. Absence de compétences techniques de base de la part des utilisateurs, défaillances matérielles très nombreuses du fait de la complexité de ces systèmes amènent à recommander la prudence dans le choix des solutions techniques. Si les solutions qui ont fait leur preuve dans le grand public sont désormais fiables, comme le téléphone ou la télévision, les solutions basées sur l'ordinateur et la télématique doivent être développées lentement et avec soin en choisissant les publics et en organisant les dispositifs de façon à éviter les problèmes évoqués ci-dessus. Toutefois la fascination de nombreuses populations jeunes pour ces nouveaux matériels doit être prise en compte, en particulier dans le cadre de l'articulation formation initiale - formation continue.
L'ingénieur en formation, le responsable éducatif devra prendre en compte ces phénomènes pour développer un plan de renouvellement des pratiques de formation et des dispositifs de formation à distance. Il ne s'agit pas de remplacer un support par un autre, mais d'articuler des moyens, des cultures avec des besoins identifiés.

1.4 - Contraintes

Afin d'aider les opérateurs voulant mettre en place de tels dispositifs voici quelques observations méthodologiques ayant été faites dans les mises en place de formations ouvertes et à distance.

 

2 - Bilan et perspective de la FAD : de la FAD à la FOAD

Les évolutions actuelles montrent donc une évolution dans la construction des dispositifs d'enseignement et de formation. Le rapprochement entre les méthodes traditionnelles et les nouvelles approches se fait dans un souci d'élargissement de l'efficacité des systèmes. Même si certains discours amènent à penser une rupture, c'est en fait une nouvelle continuité qui se met en place. Certes, certains opérateurs misent sur un seul outil et l'exemple des récentes propositions de formation par Internet en est la preuve. Il faut cependant observer que de nombreux responsables de l'éducation ont vu pour leur pays une opportunité de développement nouvelle des compétences. C'est en particulier pour faire face à la mondialisation rapide des échanges économiques et culturels que l'utilisation de ces nouvelles ressources peut être importante. Elles ne touchent et ne toucheront pendant encore de nombreuses années qu'une minorité d'acteurs, mais qu'il faut désormais habituer à ces nouveaux outils.
Il y aurait donc à imaginer une progression dans le développement des modèles de formation qui articule les pratiques existantes, les potentiels présents et les besoins détectés. L'enfermement trop souvent constaté de la formation à distance dans un modèle très rigide semble devoir être combattu. La notion d'ouverture permet au responsable de s'autoriser des articulations entre des outils qui devront prouver leur pertinence en regard des effets attendus. Le danger de la séduction pourrait être générateur de recherches de solutions nouvelles sans pour autant rechercher une pertinence accrue.
La plupart des états ayant adopté un système économique libéral propose une ouverture dans leur système éducatif, même si celui-ci reste piloté par les états. Cette libéralisation du marché éducatif autorise donc l'intervention d'acteurs privés, en particulier dans le monde de la formation continue d'abord puis dans le cadre de la formation initiale professionnelle et supérieure. Du coté des systèmes éducatifs traditionnels le poids culturel de l'école ces pays laisse peu de place à l'introduction de la formation ouverte et à distance. On remarque qu'en général c'est le complément aux carences qui est avancé comme prétexte à ce développement. Ainsi les propositions du ministre François Bayrou en France avaient officiellement suggéré cette solution pour permettre d'offrir toutes les options d'enseignement dans tous les établissements, cette proposition a été récemment reprise par Claude Allègre.
Du coté des médias audiovisuels, on remarque que les télévisions éducatives acquièrent progressivement leur place dans le panorama de la formation. Formidable base de documents pour la formation à distance, les opérateurs de ces télévisions commencent à décliner des produits nouveaux pour la formation à distance. D'opérateur de télévision, ils deviennent opérateurs multimédia, dans le secteur de l'éducation. De nombreux producteurs de contenus pour les médias traditionnels à dimension éducative ont engagé cette mutation vers les nouveaux supports en ligne, encouragés par les pouvoirs publics. En fait, les séparations entre dispensateurs d'enseignement et médias, anciens et nouveaux, à finalités éducatives sont en train de s'estomper, montrant un chemin possible pour les états qui souhaitent développer des systèmes nouveaux de formation à distance.