Retour à la liste des textes

Conférence de Carspach
27 Octobre 1998
Communication et Ethique
La question des nouvelles technologies
de l'information et de la communication pour l'éducation

Rassemblement RME Est
Carspach, 27 Octobre 1998

 

1 Des changements importants ?
2 Des questions importantes ?
3 Des causes apparentes ou réelles ?
4 Des craintes pour l'avenir ?  
5 Des acteurs aux finalités multiples ?
6 Des valeurs et des finalités pour l'avenir ?
7 Des pratiques humaines ?
8 Quel projet social et humain ?

Des changements importants ?

1 - Depuis maintenant trois années, l'école semble s'engager assez largement vers une intégration des Technologies de l'Information et de la Communication dans les pratiques d'enseignement et d'éducation. Quelles sont les trois faits qui vous marquent le plus à propos de l'introduction des TIC dans l'école et des changements qu'ils provoquent ?

 

1.1 Une évolution technologique

La rapide évolution de l'industrie électronique et informatique a mis à la portée de tous des outils de traitement de l'information numérique extrèmement puissants.

Alliée au développement des industries de télécommunication et du monde de l'audiovisuel, elle propose un nouveau support pour l'échange entre les êtres humain, un nouveau mode à vivre.

 

1.2 Un volontarisme politique

L'engouement des politiques s'exprime clairement depuis deux années. Instaurant un climat, qui n'est pas sans rappeler celui du plan informatique des années 85 - 90. Ils situent désormais les enjeux au plan mondial. Sur un plan principalement économique, nouveau cadre pour la pensée mondiale, les politiques de notre pays, comme ceux de nos structures, nous poussent vers une adoption rapide des moyens matériels.

Passant d'une ambition économique à une ambition sociale, ils mettent l'école au centre des débats comme lieu du renouvellement social et culturel

 

1.3 Un changement culturel

Les utilisateurs des technologies de l'information et de la communication signalent largement le changement culturel dans lequel ils se sentent engagés.

Encore peu perceptible dans le quotidien familial, il est évident dans le professionnel qui se trouve bousculé en permanence par des évolutions des multiples moyens d'échanger de l'information : entre machines, comme entre hommes. Ces moyens provoquent une interrogation à chaque utilisateur.

 

1.4 Une école en question

L'école dont la fonction sociale et culturelle avait survécu aux différentes évolutions des années 60 est remise en cause à partir de la montée du chômage et des peurs liées à l'emploi.

A partir des années 80, les nouvelles technologies vont être la cause et le remède. Cause des pertes d'emploi, remède pour trouver un autre emploi demain. L'école est considérée comme incapable de fournir une réponse satisfaisante, les "nouvelles technologies" se révèlent donc idéales pour prendre le relais de l'espoir.

 

Des questions importantes ?

2 - Vous même, vous avez été amené à réfléchir à ce changement. En premier lieu vous y avez réfléchi par rapport à votre statut, à vos fonctions, à votre vie personnelle, ensuite vous y avez réfléchi pour votre cadre professionnel. Quelles questions vous posez vous ?

 

2.1 La question pédagogique

De nouvelles approches pédagogiques seraient-elles en mesure de relever le défi posé à l'école ? Avec les nouvelles technologies, un discours prétend que la pédagogie ne peut plus être la même.

Bras de levier pour introduire des changements dans les fonctionnements scolaires, les technologies de communication soulèvent la question des pratiques pédagogiques : Où situer l'enseignant dès lors que l'on met en oeuvre un ordinateur dans la relation pédagogique ?

 

2.2 La question technique

La rapidité à laquelle les nouveaux produits arrivent sur le marché et la fascination qu'ils exercent sur les amateurs donnent l'impression d'une fuite en avant. La complexité des machines, leur fiabilité relative, la nécessité de maintenance ont été des freins à un développement dans les classes.

Cependant les investissements sont de plus en plus nombreux, cédant souvent au mirage de la technique et du progrès. Parfois même sont-ils réalisés sans véritable projet pédagogique...

Quelles stratégies mettre en oeuvre ?

 

2.3 La question financière

L'obsolescence du matériel est souvent mis en avance pour générer de nouveaux investissements, mais aussi parfois, pour les empécher. L'importance des dépenses de fonctionnement (consommables, maintenance etc..) montre qu'il faut prendre garde.

Le montant global de la part consacrée aux nouvelles technologies devient de plus en plus importante

Comment accompagner de façon efficace l'évolution des outils et les pratiques qui y sont liées dans nos établissements ?

 

2.4 La question éthique

L'ouverture apportée par Internet et le multimédia pose des questions :

Quelle place pour les jeux dans la culture et la formation des jeunes ?

Comment aborder Internet sans risquer d'affronter des contenus contraire à ce que nous souhaitons proposer à nos jeunes ?

La fascination exercée par ces outils sur les jeunes nous alerte aussi sur notre méfiance. Quelle nouvelle culture est en train de se construire ?

Comment donner une place véritablement éducative dans son intégration des technologies nouvelles.

 

 

Des causes apparentes ou réelles ?

3 - Les médias se font souvent l'écho de cette irruption des nouveaux médias aussi bien dans le monde scolaire que dans le milieu familial. Quelles sont les causes principales qui vous amènent à vous poser les questions ci dessus ?

 

3.1 La campagne médiatique

Les médias ont, depuis deux années, largement propulsé Internet et le multimédia sur le devant de la scène.

Un engouement d'une certaine catégorie de la population semble faire écho à cette médiatisation. Y a-t-il un véritable phénomène social ? N'est-ce pas plutôt la perception d'un outil nouveau qui modifie radicalement la relation aux médias traditionnels ?

Les journalistes ne perdent-ils pas un peu de leur pouvoir ?

 

3.2 La place de l'informatique

Aucun métier n'est épargné par l'arrivée de l'informatique. L'histoire de l'audiovisuel, qui s'est répandu chez tous les particuliers, mais pas à l'école, sert d'exemple à éviter.

Outil-cheville de toutes les évolutions sociales et culturelles actuelles, les machines à traiter le signal numérique deviennent omniprésentes et souvent invisibles à l'usager.

Entre Babel, Frankenstein et Big Brother, l'informatique réveille les mythes fondamentaux de l'humanité.

 

3.3 La mise en cause de l'école

L'école est sur le devant de la scène des nouvelles technologies. Les ministres aiment à le rappeler, mais aussi les commerçants.

De l'échec scolaire, à la violence, en passant par la citoyenneté, l'école serait le (dernier) lieu de remédiation sociale. Et si elle n'y arrive pas toute seule, les machines pourraient peut-être y participer.

L'évidence technologique fait écho à la perte de crédibilité de l'école. Alors pourquoi pas les machines à enseigner ?

 

3.4 L'angoisse familiale

Face à l'incertitude personnelle des parents, l'objet informatique est désigné comme remède. Après la diabolisation de la télévision, la technologie peut triompher à la maison, car elle a eu raison des adultes au travail.

L'habileté quasi-mythique des enfants devant la machine renvoie à l'adulte sa maladresse, sa défaillance professionnelle, son sentiment de mise à l'écart.

Les parents vont trouver dans l'achat de la machine la réponse satisfaisante à leur inquiétude.

 

 

Des craintes pour l'avenir ?

4 - Il apparaît à beaucoup de personnes que ce développement des technologies numériques est inéluctable et en plein devenir. Nommez les trois plus importantes craintes que vous ressentez par rapport à l'avenir ?

 

4.1 Libération ou soumission

Internet est souvent présenté comme un instrument diabolique : tantôt outil de libération, car permettant la parole de chacun et la démocratie directe, tantôt outil de soumission, car vecteur d'idées considérées comme dangereuses.

Dans la classe c'est tantôt un formidable réservoir d'informations, tantôt un puits sans fond. L'opposition entre partisans et opposants à ces outils est le reflet de l'ambivalence habituelle qui accompagne l'introduction de toute nouvelle technique dans une société.

 

4.2 Réel ou virtuel

L'illusion créée par l'image en trois dimensions ouvre pour l'imagination des perspectives multiples. La perte de frontières entre l'image vue et l'image transmise et reçue révèle une questionnement essentiel : avec le numérique, quelle authenticité ? Quelle vérité du document ?delà, sur un plan psychologique, comment un jeune peut-il se construire au monde s'il ne peut plus percevoir la différence entre le réel et le virtuel ?

 

4.3 Présence ou absence

Les liens que la technique nous permet de poser entre les personnes nous font perdre les repères de temps et d'espace. L'absence ou la présence ne sont plus importantes si je passe par la machine, car je ne sais plus qui est derrière celui qui parle ou écrit. Instantanéité du contact, perte de sensation physique du temps qui passe et de l'espace qui sépare, les outils de communication construisent une perception du monde complètement renouvelée qu'il devient important de comprendre et de maîtriser

 

4.4 Sujet ou objet

L'autre "numérique" est un objet sur un écran, un bruit dans un haut parleur. L'autre humain, qui se cache ou qui se montre derrière est un sujet qui vit une relation. L'étrange expérience du conflit par messagerie électronique interposée met au jour cette question de l'autre. Avec le numérique, l'autre est à réinventer en moi : comme objet ou comme sujet ?

 

 

Des acteurs aux finalités multiples ?

5 - Au travers des lectures, des pratiques, des rencontres que vous avez faites autour des technologies éducatives, quelles vous semblent être les finalités sous-jacentes aux développements actuels ?

 

5.1 Mondialisation libérale

Au premier rang des mouvements qui traversent notre monde actuel, la mondialisation libérale prend une place essentielle pour inscrire notre action au quotidien.

Economie de marché sans frontière comme moteur de nos sociétés, elle utilise le développement des technologies de l'information et de la communication comme relais principal.

 

5.2 Pouvoir de l'information

Avec Internet, l'information devient une source essentielle de richesse. Tout en devenant acteur principal de notre équilibre en société, les nouveaux outils bousculent tous les acteurs traditionnels. Le journaliste est mis en cause par l'accès direct à l'information. L'enseignant lui voit son "ici et là" de savoir informationnel voler en éclat.

Les repères traditionnels de ceux qui détenaient le pouvoir par l'information sont endommagés. Certains cherchent à le restaurer, d'autres à le combattre

 

5.3 Savoir/pouvoir à l'école

L'enseignant, fort de sa connaissance, devient pauvre de son savoir. L'école est mise en concurrence par le marché du bien éducatif.

L'édition parascolaire, déjà très présente dans les librairies, prolonge naturellement son activité avec les nouvelles technologies qui sont à sa disposition.

La merchandisation des savoirs qui semble à l'oeuvre pourra-t-elle rencontrer la "gratuité" essentielle de l'école ?

 

5.4 Réorganisation du social

Le développement de l'école dans la société a permis d'élever le niveau global de connaissance dans les pays occidentaux.

Les revendications à des statuts meilleurs ne peuvent plus être combattues dans le cadre des pouvoirs traditionnels du fait de ces niveaux. Les nouvelles technologies réorganisent le social dans une nouvelle hiérarchie technocratique qui s'impose peu à peu. Se met ainsi en place un nouvel ordre social mondial fondé sur la maîtrise des technologies nouvelles et des contenus de l'information.

 

Des valeurs et des finalités pour l'avenir ?

6 - De notre coté, nous réfléchissons, et essayons de voir clair sur ces développements. Nommons les valeurs et les finalités qui nous semblent essentielles et à partir desquelles nous souhaitons accompagner l'introduction des TICE dans l'éducation

 

6.1 Prendre en main son itinéraire

Les outils mis à notre disposition s'adressent à chacun en particulier. Ils provoquent l'individu dans sa trajectoire de vie.

L'identification collective, jadis possible par la connivence sociale fondée sur un vécu collectif fort vole en éclat. Avec les nouveaux outils, il devient indispensable de donner à chacun les moyens de se construire en dehors des dépendances sociales anciennes.

 

6.2 Développer les relations à l'autre

Les possibilités de communication que propose la technique ouvrent le chemin à de nouveaux échanges. D'une société de "communicants non rencontrants" (Ph Breton 1991) qui se construit, il devient urgent d'opposer une société de la relation vraie. Les supports nouveaux de l'échange doivent être habités d'autres volontés que celles de la mise à distance numérique. Il s'agit au contraire de profiter de cette communication unique à distance pour aller vers des rapprochements.

 

6.3 Donner, partager avant de recevoir

La question fondamentale de la communication est celle du positionnementdes acteurs. Avec la mise à distance numérique, la confrontation conflictuelle est modifiée, ne permettant plus les remises en cause mutuelles des communicants.

Il convient donc de rééxaminer mon rapport à l'autre au travers des nouveaux vecteurs. L'implication personnelle vers l'autre doit être d'autant plus grande que l'outil impose de la distance.

 

6.4 Faire des choix

Au moment où des flux importants d'informations sont mis librement à disposition, l'individu peut se sentir agressé. Une position de repli sur soi, dans l'anonymat des messages à l'auteur caché ou dans le refus systématique des outils nouveaux,serait le signe d'une difficulté à choisir.

Cette éducation au choix et au discernement, est à la base de la qualité d'utilisateur des nouvelles technologies.

 

 

Des pratiques humaines ?

7 - Quelles pratiques voulons nous développer dans nos établissements ? Quelle relation aux technologies s'inscrit dans notre projet global de développement de l'homme ?

 

7.1 Développer l'autoformation

L'école a pris pour habitude de conduire le jeune sur un itinéraire balisé. Les outils mis désormais à notre disposition offrent à chacun de grands espaces non balisés.

Savoir trouver son chemin, garder le cap, persévérer vers l'objectifs sont de plus en plus importants. Développer l'autoformation dès le plus jeune âge revient à s'engager dans un nouveau modèle qui, remettant en cause l'organisation classique de la classe, permettra d'envisager un nouveau rapport de l'apprenant à son parcours d'apprentissage.

 

7.2 Permettre le travail collaboratif

Avec des outils qui mettent à distance, on découvre aussi des outils qui permettent le rapprochement. La réussite scolaire est essentiellement une valorisation du travail individuel, les réussites sociales sont de plus en plus fondées sur la capacité à oeuvrer en collaboration.

En proposant de développer un esprit collaboratif (oeuvrons à plusieurs pour un seul ouvrage dans le même esprit) il nous semble que l'on ouvre les perspectives d'un renouveau social intégrant les nouveaux outils.

 

7.3 Développer les réseaux

La spontanéité naturelle de la mise en réseau des individus est un vecteur puissant de cette nouvelle culture. Les pratiques observées montrent le chemin non pas vers des organisations gigantesque, mais vers des rassemblements très mobiles de personnes partageant, même momentanément, les mêmes questionnements.

 

7.4 Retrouver la gratuité

L'école "gratuite et obligatoire" est combattue au travers du développement des biens éducatifs. Les réseaux, entre autres informatiques, sont fondés sur le retour à la gratuité des échanges, mais ils sont aussi le creuset des vendeurs de savoir.

Fondée sur la réciprocité, le don et le partage, cette culture de la gratuité retrouvée suppose un renoncement fondamental à un modèle de compétition dont on connaît désormais les limites pour faire place à des modèles de coopération et de collaboration.

 

 

Quel projet social et humain ?

8 - En quoi les pratiques que je souhaite développer s'inscrivent dans ma conception du projet social et humain ?

 

8.1 Du village réel au village virtuel

Le village se meurt, la famille se restreint, la tribu disparaît.

 Voilà qu'apparaissent des réseaux informels utilisant ces nouveaux outils de communication.

 Une communauté villageoise virtuelle se reconstruit alors devant nos yeux, ce qui est ontologiquement essentiel à l'être humain.

 

8.2 Communiquer pour rencontrer

Dans le cyberespace, l'impression de vide immense qui envahit l'utilisateur perdu peut donner le vertige.

 A attendre des autres qu'ils communiquent, on finit toujours par être seul.

 Il devient essentiel de reconstruire une communication rencontrante. Mais la culture nécessaire repose sur des valeurs humaines essentielles qui peuvent s'exprimer dans les nouveaux outils. Le travail éducatif à engager suppose des adultes une implication importante afin de ne pas laisser la place aux seuls outils au détriment de ceux qui voudraient les mettre en oeuvre

 

8.3 Partager pour grandir

Complexité et mondialisation, mots désormais banalisés, sont pourtant au coeur de la nécessité du partage.

Ouvrant la porte sur le monde, Internet donne à voir et à lire cette diversité culturelle, linguistique et économique. Proposant toutes les paroles sans distinction, il invite au partage.

 

8.4 Construire dans le sens

Faudra-t-il subir le sens contenu dans les machines qui sont mises entre nos mains ?

Croire ces machines neutres c'est oublier qu'elles sont le fruit d'un extraordinaire travail humain dont chacun des processus à l'oeuvre devant nous est révélateur du sens qui a présidé à leur construction.

Laisser ce sens venir à nous comme évident, c'est refuser de faire le chemin de l'explicitation :

Expliciter le sens imposé par ces machines.

 

Pour construire un sens par les usages.