La place des TIC dans l 'établissement scolaire
Enjeux, questions, outils…
Affrontement culturel, affrontement générationnel

 

1 - Introduction
La place prise par les TIC dans les discours publics sur l 'école amène le responsable éducatif à tenter de mesurer dans quelle mesure il engage son établissement sur cette voix.
Si le lien avec la vie professionnelle implique une apparente évidence de l 'usage, en est-il de même pour tous les usages ? Dans l'établissement scolaire les nouvelles technologies ne sont pas qu'une affaire de compétence technique, mais aussi une affaire de culture. Culture informatique, certes, mais aussi culture de l'information et de la communication trop souvent confondues, en particuliers par les techniciens.

1.1 - Du jeune à l 'établissement…
En mettant l 'élève au centre du système scolaire, la loi d 'orientation de 1989 a entr'ouvert une perspective. Avec les TIC, que les jeunes s 'approprient aisément, l 'élève se place de lui même au centre de la problématique d 'une école qui hésite à s 'engager globalement. Le système éducatif a, au delà d'un volontarisme médiatique, engagé des actions, mais deux écueils sont de plus en plus apparents : le décalage entre les intentions déclarées et l'usage d'une part et les inégalités de plus en plus évidentes entre les établissements, les départements, les régions, mais aussi entre les équipes et enfin entre les jeunes eux-mêmes.

1. 2 - La place des TIC
La progression retenue pour notre propos va du particulier au général. L'idée retenue ici est de permettre, en partant d'une vision centrée sur la personne du jeune dans l'établissement scolaire , un questionnement pour l'ensemble des acteurs de l'établissement scolaire. Nous aborderons successivement les cinq étapes ci-dessous :
Le jeune
L 'enseignant
La pédagogie
L 'équipe
L 'établissement


2 - Le jeune

L'ensemble des technologies de l'information et de la communication constituent le support de l 'appropriation culturelle et sociale du monde qui entoure les jeunes.
L'enfant qui se présente à nous est marqué par sa relation à la machine à communiquer autant que par sa relation à l'autre. Télévision, ordinateur, console de jeu ou téléphone portables sont des " signes extérieurs de communication ". Ce sont aussi des outils d'être au monde, d'être aux informations et aux savoirs nouveaux qui mettent en cause le système éducatif dans sa finalité.

Les technologies les plus récentes ont un retentissement spécifique du fait de leur capacité d 'individualisation. Si l'école de masse laisse la place progressivement à l'école " démocratique ", d'une école pour tous à une école pour chacun, les médias sont aussi en train de passé à un modèle d'un émetteur pour tous à un modèle d'individualisation de l'information. La télévision, vecteur d'un message unique, est remplacée progressivement par des médias " sur mesure " pour l'usager. Cette individualisation progressive des messages rencontre un public qui est de moins en moins en mesure d'aller à la rencontre de l'autre, voire d'accepter l'altérité, à défaut de l'altération.

3 - L'enseignant

D 'un réelle compétence professionnelle à une capacité d 'innover variable, l 'enseignant accepte une nouvelle relation de pouvoir/savoir autour de l 'informatique. Les récentes critiques portées à l'encontre des enseignants ne doivent pas faire oublier la compétence professionnelle mesurée pendant des dizaines d'années. Toutefois un engagement prononcé dans l'innovation n'est pas accessible pareillement à tous. Les capacités d'innovations sont différentes d'un individu à l'autre. Le risque est grand d'imposer un rythme commun à tous, en particulier dans les changements qui relèvent de la culture. Le temps du changement technologique n'est pas le même que le temps du changement culturel ni même que le temps d'un apprentissage. L'introduction des TIC, comme le montre l'histoire des technologies ne se fait pas comme l'ont pensé ses promoteurs, mais bien comme les utilisateurs se les sont appropriés.

Conservant le pilotage de l 'évaluation, il contrôle cependant cette évolution de son métier et affronte un questionnement identitaire. Dans le monde scolaire, l'enseignant reste le maître de la situation, il évalue et il contrôle. Même s'il accepte la maîtrise par l'élève de ces outils de manière supérieure à la sienne, il reste fondamentalement celui qui dirige, avec l'accord de tous, élèves compris, le processus scolaire. C'est par la façon d'évaluer les élèves que l'identité des enseignants se maintient de façon aussi fortement. D'ailleurs les interrogations à ce sujet sont nombreuses, dès qu'une réforme surgit ils demandent qu'elles en seront les conséquences sur les modalités de contrôle.

4 - La pédagogie

Il n 'y a pas de nouvelle pédagogie avec l'introduction des TIC, mais la mise en évidence de nouveaux questionnements pédagogiques. TPE, TC sont des bras de leviers de ce questionnement. Trop souvent mis à coté du mot innovation le sigle TIC surtout à l'époque ou le N de nouvelle le précédait, a laisser croire à une ère nouvelle de la pédagogie. Or il n'en est rien. On peut même dire qu'il s'agit d'une sorte de mensonge organisé et récurrent à l'introduction de toute nouvelle technologie dans le système éducatif sans que cela ait jamais pu être prouvé. Par contre en mettant entre l'élève et lui la machine, l'enseignant se trouve devoir engager un dialogue côte à côte en lieu et place d'un dialogue (ou monologue) face à face. Les TPE en lycée, les TC en collège sont des situations nouvellement proposées à l'enseignant. Certes certains s'y étaient déjà engagés, mais nombreux sont ceux qui n'avaient pas eu cette occasion de travailler en pluridisciplinarité autour de projets de production d'élève en intégrant largement les TIC. Sans être une innovation pédagogique a proprement parler, ces nouveaux dispositifs inclus dans le cursus " normal " d'enseignement, aussi bien dans l'enseignement général que bientôt dans l'enseignement technique et professionnel, offrent une opportunité de réfléchir à l'action pédagogique au delà de la seule didactique disciplinaire.

La question de l 'apprentissage prend la place de celle de l 'enseignement. Progressivement, ce qui était une volonté de centrer l'école sur l'élève devient une appropriation, par l'élève de la question de son apprentissage. L'usage massif des consoles de jeux et des ordinateurs et plus généralement de l'ensemble des médias nouveaux et anciens développe une culture parallèle à celle de l'école qui devient de plus en plus présente dans l'école. Le respect de l'ordre établi, contenu dans la maîtrise des processus de sélection par la réussite scolaire, semble s'estomper progressivement, en particulier chez les jeunes les plus défavorisés que le passage hors norme effraie de moins en moins.

5 - L'équipe

Les équipes éducatives sont interrogées sur le sens. Adopter les TIC, au-delà des évidences faciles, relève d'un choix collectif fondé. Il est très facile de convenir avec la voix populaire des bienfaits ou des méfaits des TIC. Au delà des apparences, l'équipe éducative doit énoncer des choix et des options claires. En regard des finalités de l'établissement, la mise au travail des équipes est indispensable afin de rendre possible l'émergence des projets et des actions concrètes. Le choix collectif permet de traduire en moyens réels et évaluables les projets qui veulent être proposés. Malheureusement, le principe de réalité, en particulier financier, ramène souvent les choses à un comportement adaptatif aux résultats d'une attribution de subvention, certes bienvenue sur un plan financier, mais sans fondement sur le terrain d'action pédagogique.

Le projet de l'établissement ne peut laisser l 'équipe sans axes de projet autour des TIC. Il est au moins indispensable de fournir aux équipes un cadre de réflexion au sein duquel elles pourront engager l'action. L'organisation méthodique qui doit permettre de mettre en place ces actions est aussi indispensable. La mettre en place, ou tout au moins la penser est de la part du chef d'établissement le moyen d'éviter des surprises dans le fonctionnement.

6 - L 'établissement

Le pilotage du déploiement des TIC articule les dimensions de la pédagogie de l 'organisation et du sens. En fait cette approche systémique fait trop souvent défaut. Sur le plan des finances comme sur celui du suivi des matériels ou encore celui de la formation et de l'accompagnement des acteurs, des lacunes importantes sont constatées. Le témoignage de nombreux emplois-jeunes vient corroborer largement cette affirmation, tout comme les disparités constatées ici ou là en matière d'attributions de moyens financiers et humains.

Le chef d 'établissement, porteur de l 'animation dans ces trois domaines, doit adopter des méthodologies rigoureuses, et analyser les engagements de l 'établissement. Afin de ne pas être piégé par les dérives de l'une des composantes, le chef d'établissement doit se doter d'outils pour évaluer et contrôler les projets d'intégration des TIC. L'exemple le plus courant est celui des moyens financiers. Le tableau ci-après est à réfléchir :

Exemple sur la base d'un investissement initial en matériel de 100 000 F et pour une durée de trois années quelles dépenses doivent être engagées pour le fonctionnement aussi bien matériel et logiciel que humain.

  Année 1 Année 2 Année 3 Total
Investissement 100 000     100 000
Fonctionnement et mise à niveau 10 000
30 000 60 000 100 000
Formation, accompagnement 50 000 30 000 20 000 100 000

7 - Conclusion

Quelques questions pièges pour évaluer une politique d'établissement en matière de TIC

Afin d'aider le chef d'établissement à observer quelle est la politique menée dans et autour de son établissement au sujet de l'introduction des TIC, les quelques questionnements ci dessous apparaissent comme de bons révélateurs des attitudes caractéristiques que nous avons pu rencontrer ici ou là dans le système éducatif

- Quel pilotage pour le financement des TIC ?
Au travers de cette question, c'est l'ensemble du processus de financement des pratiques TIC dans l'établissement qui va être examiné. Sous la forme d'une frise chronologique, et de récapitulatifs, appuyé parfois sur une approche de comptabilité analytique, ce questionnement permet de mettre en évidence les procédures et ainsi d'interroger les modalités de prise de décision.

- Quelle organisation des TIC dans l 'établissement ?
Assurer le fonctionnement des TIC dans l'établissement repose sur des choix organisationnels. Maintenance interne, externalisation, formation, accompagnement etc… sont des outils au dispositif du management de l'utilisation des TIC dans l'établissement. La mise au point d'une représentation graphique de l'organisation doit permettre de révéler les incohérences, difficultés actuelles et futures susceptibles d'entraver l'avenir des projets.

- Quelle pédagogie pour quelles TIC ?
L'observation des pratiques des enseignants ne peut se satisfaire d'une simple évaluation en terme d'occupation de salle, ou de nombre d'ordinateurs par élève. Il est nécessaire de rechercher les usages pédagogiques retenus par les enseignants pour mieux accompagner leur déploiement futur et leur adéquation au projet de l'établissement

- Un site web de l'établissement pour quoi faire ?
" Montre moi ton site web, je te dirai quel est le pilotage des NTIC dans ton établissement " Cette réflexion surgit très souvent lorsque l'on essaie de décrypter les sites proposés. Sans systématiser, il n'est pas rare de se demander à quoi peut bien servir ce site. Dés lors que ce moyen d'expression est mis en place, quel image transmet-il de l'établissement, de ses choix et de ses finalités….

Bruno Devauchelle, Cepec, 15 Mai 2000