Retour à la liste des textes
L'orientation scolaire et l'insertion professionnelle :
Quel usage peut on faire des Technologies de l'Information et de la Communication ?

Introduction

1 - Les pratiques dans les établissements
2 - Les outils utilisés
3 - Internet, pourquoi et comment ?
4 - Eléments de stratégies pour intégrer les TIC dans le cadre de l'orientation scolaire et l'orientation professionnelle

Conclusion

Introduction

Le développement des technologies de l'information et de la communication a permis de concevoir des outils nouveaux pour aider à l'orientation scolaire et à l'insertion professionnelle. Depuis près de dix ans, des outils nouveaux émergent, utilisant soit les possibilités de l'informatique traditionnelle soit les possibilités du multimédia et de l'Internet, soit encore utilisant les ressources développées autour de l'intelligence artificielle et les systèmes experts.
Les établissements scolaires et plus globalement le système éducatif se préoccupent depuis longtemps de la question de l'orientation scolaire et de l'insertion professionnelle des jeunes qui sont dans leurs structures. Si les Centre d'information et d'orientation sont des structures, hors établissement, mais en lien avec eux, des organismes tels l'ONISEP proposent des outils au service de l'établissement en vue des les aider à travailler la question de l'orientation scolaire et de l'insertion professionnelle. A coté de ces organismes à caractère publics, de nombreuses initiatives associatives ou privées ont vu le jour et ont mis sur le marché des outils permettant aux établissements scolaires de disposer en leur sein de moyens nouveaux permettant de mettre à disposition des élèves et des enseignants, soit des espaces dédiés, soit des accès à ces ressources nouvelles.
Le développement massif d'Internet au cours des deux dernières années a amené à se poser la question de l'utilité d'un tel support par rapport aux autres supports existants et la possibilité de l'utiliser dans le cadre scolaire. L'accès à de grandes quantités d'information et à des outils proposés par de nombreuses sources éloignées de l'établissement est, " théoriquement ", un avantage certain par rapport aux ressources papier ou sur support informatique traditionnel (disquettes, CD ROM)
Dans ce document, nos proposons d'observer les pratiques, les outils, de voir en quoi et comment Internet peut venir compléter et enfin de proposer une stratégie globale d'aide à l'orientation intégrant les TIC

1 - Les pratiques dans les établissements

Les cas que nous avons pu observer dans les établissements scolaires montrent que, en dehors du conseiller d'orientation, trois acteurs sont prioritairement impliqués dans le processus d'orientation et d'insertion scolaire : les professeurs principaux, les documentalistes et les professeurs de technologie. A ces trois acteurs, s'ajoutent ou se substituent parfois deux autres acteurs, les responsables de la vie scolaire, les parents d'élèves. L'implication des ces acteurs est soit lié à leur spécificité professionnelle, soit à leur " intérêt " ou " implication " dans la question de l'orientation. Certes ces 5 types d'acteurs ne sont pas exclusifs des autres acteurs de l'établissement scolaire sur cette question, mais ils en constituent souvent la colonne vertébrale.
A ces personnes s'ajoute une dimension importante, celle du projet de l'établissement. Si dans un établissement technique et professionnel cette dimension est souvent travaillée dans le cadre même des filières d'enseignement mises en place et avec l'ensemble des acteurs de l'établissement, même si souvent c'est un travail " a-posteriori ", dans les collèges et les lycées la question est posée de façons très diverses. Le problème de l'orientation scolaire est plus ou moins implicite et sa prise en compte est souvent liée à la façon dont l'établissement " s'estime " sur la carte de la réussite scolaire. Ainsi des établissements de ZEP seront-ils dans une posture autre que des établissements de centre-ville, des établissements de milieux urbains, péri-urbains ou ruraux. Ce serait donc le croisement entre le contexte socio-économique du lieu d'implantation et de recrutement des élèves et l'image que le collège veut donner de lui même qui influerait sur la mise en place de dispositifs d'orientation et d'insertion scolaire. On observe d'ailleurs que la traduction dans l'organisation scolaire elle-même de ce contexte est un premier indice visible de cette prise en compte (SEGPA etc…).
L'évolution actuelle des textes officiels
(voir http://www.ac-reims.fr/datice/Saio/ressources/app02.htm ) montre que cette question est inscrite dans le fonctionnement normal de l'établissement, définissant ainsi un cadre réglementaire. Toutefois, au delà de ce cadre réglementaire, on observe des pratiques très diverses allant du simple respect des textes à des véritables stratégies d'accompagnement du projet de l'élève inscrites dans le projet de l'établissement.
Ainsi dans un collège de la banlieue parisienne une information échelonnée tout au long du cursus collège est proposée, partant de la simple mise à disposition de documentation et d'outils ludiques de découverte des métiers, puis allant vers un travail sur les goûts et les intérêts, pour terminer par un travail plus systématique avec la conseillère d'orientation en lien avec le professeur principal et la documentaliste.
Dans la plupart des établissements, le travail d'aide à l'orientation scolaire se résume très souvent à la recherche de documentation sur les métiers à l'aide des outils papier et informatique disponibles et éventuellement à la visite à la conseillère (ler) d'orientation sur recommandation des enseignants ou systématiquement. On observe que le souci de l'orientation est réel, mais que les communautés éducatives sont extrêmement démunies sur deux plans : la connaissance de la vie professionnelle et des parcours professionnels, la capacité à l'aide individualisée à l'accompagnement du projet personnel et professionnel de l'élève. On peut confirmer cette difficulté au travers de l'attitude des établissements au sujet de la possibilité de stage en entreprise en 4è et en 3è. La diversité des dispositifs en place montre bien la difficulté à globaliser la question et le renvoi vers chaque établissement de la réflexion sur cette question.

2 - Les outils utilisés

Les outils d'aide à l'orientation et à l'insertion se divisent en deux grands groupes : les outils d'information, les outils d'aide au choix.
Quelque soit le support, on retrouve ces deux grandes catégories :
· sur papier on trouvera les fiches métiers et les jeux de société sur le choix des métiers ou les outils d'auto diagnostic,
· sur support informatique les CD ROM métiers et les logiciels d'aide au choix d'un métier par jeux ou par diagnostic du profil de personnalité et/ou de compétences,
· sur Internet, les sites consacrés à l'orientation scolaire, les bases de données sur les métiers, et aussi l'accès aux sites des organismes professionnels représentatifs et des entreprises, et bientôt les logiciels d'aide en ligne à l'orientation scolaire

Un site Internet permet d'identifier l'ensemble de ces ressources :
Sur le site de l'académie de Versailles
SERVICE ACADEMIQUE D'INFORMATION et d'ORIENTATION

http://www.ac-versailles.fr/services/saiogrio/default.htm


Au delà des outils inventoriés sur ce site Internet, il conviendra d'aller plus loin que ces ressources issues du monde de l'éducation, car de nombreux autres acteurs interviennent ou font des propositions, en particulier sur Internet

3 - Internet, pourquoi et comment

En ouvrant l'établissement sur Internet, on a donné la possibilité d'accéder à des sources d'informations qui jusqu'à présent n'étaient jamais proposées dans les établissements. Au delà de ces sources d'informations, qui sont l'aspect le plus visible et le plus médiatisé de l'Internet, c'est davantage un ensemble de ressources qui deviennent désormais accessibles. Messagerie électronique, forums, visioconférence ou encore logiciels en ligne, un potentiel important est désormais disponible et en permanent développement.
Pour l'établissement scolaire soucieux de diversifier ses ressources, Internet est un outil incomparablement souple et économique permettant de poursuivre le développement de l'orientation scolaire et l'insertion professionnelle. Sa souplesse tient à la facilité d'accès à des moyens qui sont dispersés et en temps réel, son coté économique tient au coût très faible d'accès à l'information, à jour.
De nombreux écueils cependant sont décelables dans les usages d'Internet : dispersion, fiabilité, pertinence, qualité… Le déploiement de l'usage d'Internet dans les établissements scolaires ne peut se faire sans une stratégie, pour les enseignants, comme pour les élèves qui prenne en compte ces écueils. Autour de l'accès à l'information, nous travaillons depuis plusieurs années à la question de l'articulation des outils et pratiques dans les contextes scolaires et de formation. Les observations que nous faisons nous amènent à mettre en garde contre des visions mythifiées des potentialités de l'outil qui ignorent les simples question de la perception et de l'apprentissage et les questions de compréhension et d'analyse.
Utiliser Internet pour l'orientation scolaire et l'insertion professionnelle suppose de la part des personnels éducatifs une prise en main réelle de l'outil avant que celui-ci ne soit mis de façon anarchique entre les mains des élèves. Ce n'est pas une question de compétences technique, mais une question de capacité d'abstraction et d'analyse critique. Si l'on s'en tient au seuls critères techniques, les élèves n'ont pas de problèmes majeurs, mais pour ce qui est de l'usage finalisé c'est une autre question. Ainsi une enseignante témoigne d'un élève en difficulté à la recherche d'information pour s'orienter et qui se désespère devant Internet, car il ne trouve rien et qu'il trouve pénible de lire ces masses d'information globalement inutiles. Telle autre témoigne de l'accès plus facile à des fiches métiers sur papier que ces mêmes fiches disponibles sur un site Internet. Ne pas oublier qu'il faut " savoir lire " est incontournable si l'on veut mettre des élèves au travail avec cet outil. Une fois ces écueils intégrés, il est alors possible de proposer des scénarios de travail pour les établissements scolaires ou tout au moins de poser quelques jalons pour une intégration des TIC dans les processus d'aide à l'orientation scolaire et à l'insertion professionnelle.


4 - Eléments de stratégies pour intégrer les TIC dans le cadre de l'orientation scolaire et l'orientation professionnelle

Comme nous l'avons indiqué plus haut, il nous semble illusoire de développer l'orientation et l'insertion en dehors d'un projet global d'établissement ou tout au moins une stratégie concertée entre les acteurs au sein d'un projet cohérent. Croire qu'Internet échappe à cette logique serait un leurre, croire qu'un CD ROM ou un logiciel aussi bien fait soit-il puisse remplacer une démarche globale est une illusion. Pour avoir travailler quelques temps sur les histoires de vie auprès d'adultes en reconversion nous avons pu noter combien les choix, les orientations, les changements se font dans un contexte complexe dans lequel l'interaction humaine est essentielle. Etre entendu et interrogé sur ses choix, ses désirs est indispensable, encore faut-il que le cadre de cette interaction humaine soit définie. En effet dans de nombreux cas, il déborde la simple question de tri entre des possibles. L'interaction entre pair, avec des adultes, l'utilisation de supports divers et ouverts semblent une base incontournable. C'est donc dans un cheminement personnel et collectif que se construit l'orientation de chacun.
Le grand danger des outils informatiques et Internet serait de réduire l'orientation à une procédure technique. Nous pensons qu'intégrer ces outils suppose une bonne connaissance des potentialités et des présupposés de ces outils, et la définition des articulations de l'utilisation de ces outils avec l'ensemble des éléments participant à l'orientation scolaire.

- L'utilisation des sources d'informations locales sur support papier ou CD ROM ou autre est certes intéressante mais s'avère parfois limitée, soit parce que la base est incomplète, soit par ce qu'elle est obsolète, sans compter le fait qu'elle puisse être techniquement difficile à manipuler.
- L'utilisation des sources d'informations distantes est très attirante. Toutefois, les élèves ne disposant pas de stratégies affinées de recherche et de traitement de l'information devront être guidés. Au départ les sites seront imposés aux utilisateurs après avoir été repérés (aspirés ?) par les adultes. Ensuite, l'on proposera une sélection de sites reconnus comme pertinents dans lesquels les élèves pourront rechercher les informations essentielles (cf la liste des sites annexée à ce document). Puis l'on proposera d'accompagner les élèves dans l'approfondissement, en particulier dans les contacts professionnels directs qui peuvent être pris par Internet. Enfin on pourra laisser les élèves utiliser Internet dans le cadre d'un projet de constitution d'un dossier d'orientation et d'insertion professionnel.

- L'utilisation des outils d'aide au diagnostic d'orientation devra être faite avec une attention particulière aux présupposés de ces outils. Certaines sectes se sont déjà emparées de la notion de test d'intelligence pour en faire des outils de manipulation, les tests psychologiques eux mêmes sont souvent sujets à critiques . Il en est de même de tous les logiciels qui entendent proposer un diagnostic d'orientation en fonction d'un profil établi suite à un questionnaire de " personnalité " ou autre. Ces outils doivent être davantage utilisés pour comprendre quels sont les profils de compétences des métiers que pour s'évaluer soit même. S'entendre dire par une machine que l'on est pas fait pour le métier dont on rêve peut se révéler catastrophique si ce n'est pas accompagné d'une possibilité de dialogue avec un adulte.

Il nous semble qu'autour de la construction d'un dossier d'orientation (livret) que l'élève pourrait constituer au long de sa scolarité et qu'il pourrait enrichir au fur et à mesure de sa progression il devrait être possible d'intégrer de nombreux outils et surtout de construire des dispositifs d'accompagnement de l'orientation et de l'insertion professionnelle.
Le récit de vie est un outil très intéressant à proposer aux élèves, non pas pour leur faire faire systématiquement ce genre de travail, mais surtout pour relire des parcours professionnels d'anciens élèves, de professionnels. Certains sites Internet commencent à proposer ce genre de cours document présentant des itinéraires vécus et parfois commentés. La constitution par les établissements scolaires disposant d'un site web d'un espace consacré à l'orientation scolaire pourrait être un bon moyen de commencer à rassembler ces récits, de même que les expériences des élèves eux mêmes en entreprises lors de leurs stages, ou encore les rencontres avec les professionnels ou les visites de milieux professionnels effectués dans le cadre de sorties scolaires ou même de dossiers réalisés dans la classe.

Conclusion


Ces quelques lignes visent à amorcer le débat sur l'orientation dans les établissements scolaire et à poser quelques principes autour desquels pourrait se définir des stratégies dans chaque lieu soucieux de développer ces actions. Il nous semble important de rappeler que l'orientation est un processus continu et non pas le produit d'un parcours dont le jalon essentiel serait l'entrée ou la sortie dans telle ou telle institution ou système d'enseignement et/ou de formation.